Fabien Leaustic : Space X Biologique

Dans l’opinion populaire, science et art n’ont à proprement parler que peu de choses en commun. Terrible erreur. C’est en réalité un raccourci qui se veut rassurant, la science est affaire de production, de méthodes d’investigation rigoureuses, vérifiables et reproductibles. Véritable outil de production de connaissances dont le but consiste à comprendre et à expliquer le monde ainsi que ses phénomènes de la manière la plus élémentaire, ces connaissances se rapprochant le plus possible de faits observables.Pourquoi l’art n’en ferait-il pas de même ?C’est ce que propose Fabien Leaustic.Tout droit venu des sciences, sa formation à visiblement alimenté son travail d’artiste.Le résultat est saisissant, puisque la science est notre réalité elle est aussi notre art. Confronté à la toute puissance d’un apophtegme dicté par des illustres cerveaux, ses connaissances sont à la base de nombreux développements techniques ayant de forts impacts sur nos modes de vie.Le décloisonnement des disciplines en est le plus bel exemple : le potentiel artistique de la nature n’est plus à démontrer. Il était temps.Nous y voyons des cieux orangés et des cartes du monde énigmatique.Dans un idéal que l’on nommera Alchimie, il y a la perception.

Une façon de retirer la responsabilité d’interprétation de toute chose, comme un millefeuille qui trouve son sens littéral par sa superposition ; Des installations complexes, du vert et de l’oxydable.La science au service de l’artiste nous permet de naviguer dans un océan de symboles. Pour Fabien Leaustic, tout s’entremêle : un terreau comme base, puis par couches successives un axiome plus analytique que précise où tout est précis mais rien n’est aléatoire.

Dès lors on se demande : pourquoi choisir entre l’expérimental et l’intuition ?

L’artiste, lui, se joue de tout. De l’infiniment petit aux grandes expérimentations via des installation futuristes, les limites qui s’imposent à la science, ne le réfrène pas.

Pourtant il y a peu de place pour la création, si il n’y a pas d’exactitude.En observant les oeuvres du jeune plasticien, il nous rappelle que l’alchimie est l’ancêtre de la physique au sens d’observation de la matière.Et de matière, il y en a sous toutes les formes : l’expérimentation, le passage d’un état à un autre, des changements qui nous fascineront toujours autant.Exploiter la phénoménologie, une méthode qui se reconnaît dans sa poursuite d’une vérité vérifiable, nous ferait presque oublier qu’il n’y a pas qu’une vérité.Cette méthode artistique demande à Fabien Leaustic de rendre compte de la réalité du sujet sans chercher à interpréter.

C’est une approche qui se veut naturelle mais admettons le, l’artiste doit faire preuve – inévitablement – d’une certaine interprétation pour mettre en valeur une expérience sensible. Expérience magnifiée par un travail d’orfèvre qui prouve que science et art s’épousent à merveille, comme le Rouge et Le Noir.Organique et futuriste, le travail minutieux du plasticien a ce quelque chose de visionnaire qui nous montre que tout est possible, nous transportant dans des territoires inexplorés : passerelles oniriques que seule la technique ose sublimer.

Retrouvez son colossal travail et l’explication de ses travaux aux frontières du réelles ici : https://fabienleaustic.fr

Publié par collectifmonarchs

Nous somme un Collectif qui à pour vocation de soutenir la Culture par l'aide, l'entraide et la solidarité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :