Mathias Zwick : De l’ennui : Révélateur de la vacuité de l’existence, par Florence Bridenne

Il nous arrive de nous ennuyer. Mais les artistes sont là pour nous. Soit parce que ce que nous vivons suscite peu notre intérêt, soit parce que nous ne savons pas précisément quoi vivre, alors nous nous tournons, quasiment instinctivement, vers ceux qui savent mettre en scène. Pendant que le temps cesse de passer. Mathias Zwick nous renvoie à une sorte d’intériorité vide mais si travaillée que l’ennui paraît être une excuse. Autrement dit : En quoi l’ennui peut-il être une expérience artistique et métaphysique ?

La souffrance de l’ennui étant révélatrice de l’absurdité de l’être. Le grand, très grand Arthur Schopenhauer dans son Monde comme Volonté et comme Représentation, nous raconte une pulsion de vie qui cherche absolument sa préservation. Notre marche est une chute incessamment arrêtée, livrant bataille à la mort à chaque seconde, jusqu’à la fin inéluctable comme dans La mort d’Ivan Ilitch de Tolstoï où surprise : il meurt. Oui les Russes et l’ennui c’est quelque chose.Salvatrice chez beaucoup d’artistes, l’ennui libère de nos illusions, retire d’un seul coup le vernis.

Celui qui s’ennuie acquiert une forme de sagesse. Et on le voit, on partage aujourd’hui davantage d’oeuvres de grands penseurs que de chatons jouant avec des boules de neiges. Et ce n’est peut être pas si mal. Mais l’humain aime les chats et là est le problème. Même avec ses teintes colorées et le monde confiné recréé par Mathias Zwick, l’homme ne supporte pas longtemps cette vision. Et puisque la fuite de l’ennui est à l’origine de la sociabilité. La fuite de l’ennui est au principe de tous nos divertissements. Et se divertir c’est bien, mais condamner à le faire revient finalement au même.

Le jeune artiste jette une vraie et belle lumière sur le réel, on en oublierai presque la souffrance et à ce titre le refus de considérer la vie comme absurde comme le rappelle cet ‘idiot’ de Pascal. Si certains le vivent bien, c’est parce que l’Homme arrive à l’état d’abnégation volontaire, de résignation, de calme véritable. Bravo à nous !Il est malgré tout possible de voir l’ennui autrement, et en particulier de le penser par rapport à d’autres expériences de l’être comme celui de l’artiste Mathias Zwick, d’en faire quelque chose. Redevenant actif et retrouvant l’intensité de l’avenir qui, d’un instant à l’autre, surgira.

Publié par collectifmonarchs

Nous somme un Collectif qui à pour vocation de soutenir la Culture par l'aide, l'entraide et la solidarité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :